lundi 3 juin 2013

Angelina, rue de rivoli, Paris.

Ambiance feutrée,

Touristes placés et agglutinés devant l'entrée,

Prix distingués,

Renommée qui n'est plus à donner.











Présenté sur leur carte comme le "classique maison" et reconnu par les moeurs gourmandes comme un "incontournable", ce dôme de crème de châtaigne et meringue, nommé "Mont blanc", n'a pas réussi à m'élever au sommet de la satisfaction. 

Une crevasse de saveurs ?
Bien que venant d'une terre de caractère, la châtaigne se fait parfois timorée, jusqu'à parfois paraître fade en voulant s'exprimer en société. (Comprenez, en étant mélangée à d'autres ingrédients.)
Dans le cas présent, la première bouchée m'a laissée supposer que la châtaigne, placée en première position sur le mont occuperai une place "atomisateur" de goût d'un intérieur probablement un peu trop expressif.
En réalité, elle était suivie d'une mousse crémeuse... pas plus goûtue que Dame châtaigne.   

Mou du genou
Les raisons de l'ascension impossible du fameux Mont Blanc, se trouvent ici : la structure est bien trop molle et le grimpeur ne peut planter ses piquets d'excitation.
La mollesse caractérise aussi bien la texture ( cf. photo coupe transversale) que le goût. 
Tel le St Bernard qui nous secoure après l'avalanche, la meringue arrive trop tard pour sauver nos papilles de l'ennui.

La faute à l'Africain.
Comment être déçu par l'indécevable ?  Mortecouille, il faut trouver un coupable. Le titre honorifique de "Meilleur chocolat chaud de la vie de Lise" attribué à l'Africain d'Angelina, ne pouvait pas s'en tirer comme ça. 
Bien oui, il est tellement savoureux (Vilain! coup de fouet, coup de fouet), qu'il en fait perdre son délice à l'impérial et céleste Mont Blanc. 


L'AFRICAIN 

1 commentaire:

  1. nice blog. follow you:)

    pls follow me :33

    www.beautyandfashion-makeup.blogspot.com

    RépondreSupprimer